OLIVIER GROSJEAN - De profundis gustatibus: Petit (mal) traité de dégustation - WINO

De profundis gustatibus: Petit (mal) traité de dégustation

Prix normal
$18.95
Prix réduit
$18.95
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 

  • Auteur: OLIVIER GROSJEAN
  • Éditeur: Éditions de l'Épure
  • Langue: Français
  • Date de publication: 09/2017
  • Nombre de pages: 86
  • Dimensions: 20 x 11 cm
  • Poids: 130g
  • Format: Broché
  • ISBN: 9782352552802

Présentation

Ce petit [mal]traité de dégustation n’est pas destiné à apprendre l’art et la manière de déguster, il y a suffisamment d’ouvrages autrement plus sérieux sur le sujet pour cela. Il pourrait, par contre, simplement aider à jeter les bases d’un exercice périlleux lorsqu’il n’est pas suffisamment préparé.

Sport de combat pour papilles affûtées, la dégustation est un art partial, que l’on peut pratiquer seul ou à plusieurs. Sans nunchaku, mais avec néanmoins quelques notions et règles de base qu’il convient de connaître avant de se jeter tel un fauve dans l’arène des championnats de dégustation de la Revue des vins de France ou dans la jungle des foires au vin et des salons en caves particulières, là où le vigneron est le plus souvent condamné au service à perpétuité sans parvenir à faire un ace de conversation. L’absolu n’existant pas, hormis dans les livres ou les guides spécialisés qui en font commerce de façon totalement mercantile, l’amateur avisé évitera de se laisser abuser par le critique au teint rougeaud, à l’ego surdimensionné, sous peine de se retrouver avec une cave remplie de grands crus aussi chers qu’imbuvables ou de vins aussi mauvais qu’invendables.

L'Auteur

Olivier Grosjean, amateur oenophile depuis son plus jeune âge, élevé à la cancoillotte et au bon vin d’Arbois, terroiriste jurassique naturiste et hédoniste pur jus, gynécologue à ses heures perdues, est un authentique autodidacte de la dégustation qui a appris tout ce qu’il sait à l’école buissonnière du vin. Quand il ne déguste pas, il aime à chatouiller de sa plume l’establishment du monde du vin, sur son blog, celui d’Olif, pseudonyme initialement destiné à ne pas passer pour un ivrogne auprès de sa clientèle. Qui d’autre que lui pouvait aussi bien [mal]traiter un si beau sujet que celui de la dégustation ? La question mérite néanmoins d’être posée.